DES MESDAMES WEB D'EXCEPTIONS

Voici les 5 nominées de MESDAMES WEB 2023 qui sauront vous inspirer au travers de leurs réponses à différentes questions au sujet de leurs métiers et du Web!

(Bonus : vous y retrouverez aussi la fiche de l’initiatrice du projet!)

Kaylynne Johnson

Conceptrice de site WordPress

Maude Lavoie

Experte Shopify

Julie Brouillette

Créatrice de sites Web

Helene-Sarah Bécotte

Vulgarisatrice, formatrice et conférencière chez GRISDD

Nadine Haddad

Fondatrice Empreinte Marketing, Créatrice de sites Web

Genevieve De Champlain

Experte SEO et CRO, Fondatrice GDEC WEB

KAYLYNNE JOHNSON
Conceptrice de site WordPress

J’ai grandi avec des ordinateurs (oui oui, même dans les années 80). Ma mère était secrétaire pigiste (l’ancêtre des adjointes virtuelles) et mon père a travaillé un petit bout de temps comme technicien informatique. 

J’ai eu ma première adresse Hotmail vers l’âge de 9 ans, quelque part en 1996 et mon premier site web geocities en 1998, avec des gif animés pis toutes le kit.
 
Mais étant une personne multi-passionnée, mon premier choix de carrière ne s’est pas orienté vers l’informatique. D’ailleurs, ça n’existait pas vraiment, du monde qui faisait des sites web.
 
Je voulais être écrivaine et enseignante. J’adore enseigner et il était hors de question que j’enseigne au secondaire, mon choix s’est donc naturellement posé sur le primaire. 

Quand j’ai joint le marché du travail, c’était réellement difficile de se tailler une place comme enseignante. Je parcourais d’énormes distances pour des demi-journées de suppléance, je vivais avec mon cellulaire sous mon oreiller et une provision de lunch congelés pour les remplacements de dernière minute. 

Je m’étais fait à l’idée que ce serait ma réalité et j’étais prête à l’affronter. Sauf que mon incursion dans le monde de l’enseignement m’a complètement désillusionnée. C’étaient pas les enfants le problème, au contraire! Eux, c’était le bout, le fun du métier. C’étaient les autres profs, les parents, les directions… Bref, la réalité du monde de l’enseignement ne concordait pas du tout avec l’idée que je m’en faisais.
 
Et à l’époque, j’avais une autre grande passion: la bande dessinée.
 
J’entretenais un blogue WordPress sur lequel je publiais des BD de façon régulière. C’est comme ça que j’ai fait mes premières armes avec la plateforme.
 
Parallèlement, ma sœur étudiait en graphisme et ça avait l’air passionnant. Je me suis dit que ça me permettrait d’acquérir de bonnes techniques pour traiter mes dessins et faire la mise en page de mes livres. 

Mais pas question de m’embarquer dans une technique de 3 ans après m’être clanchée un BAC de 4 ans! Ça fait que je me suis inscrite au DEP en infographie, suite auquel j’ai obtenu un poste dans une petite agence de ma région. 
 
Quand j’ai pris la décision de me lancer à mon compte, j’offrais un peu de tout: graphisme, rédaction web, gestion de réseaux sociaux… Parce que c’était un peu ce que je faisais avant, comme employée. 

Tout naturellement, mon offre de service s’est restreinte au branding, à la formation et à la conception de sites WordPress, pour finalement n’offrir que la conception de sites.
Le fait qu’il jumelle à la perfection raisonnement et résolution de problèmes, ainsi que créativité et design. Tous les côtés de mon cerveau sont pleinement sollicités! haha! 
 
J’aime également le fait d’être sans cesse en apprentissage. La technologie évolue à un rythme incroyable et il faut toujours se mettre à jour, essayer de nouvelles choses et s’adapter. Il n’y a jamais de routine!
 
Enfin, je suis plus que privilégiée de pouvoir être la personne à qui on fait confiance pour concrétiser un projet. Souvent, le site web est le point de départ du lancement d’une entreprise et ça me touche de pouvoir permettre à autant de personnes d’aider des gens à leur tour et faire une différence dans le monde.
 

C’était écrit dans le ciel que je serais travailleuse autonome un jour, mais je m’étais pas lancée avant parce que je savais pas «en quoi» me lancer. Fallait que je trouve quelque chose qui me passionne et dans lequel j’ai développé une certaine compétence. Les sites WordPress, c’étaient tout ça!

Quand j’ai pris la décision de me lancer à mon compte, je connaissais personne d’autre dans la même situation. C’est à force de connecter avec d’autres pigistes dans différents domaines que j’en suis venue à me tisser un réseau avec qui j’échange régulièrement. Je les appelle «mes collègues» même si ça fait bien rire mon chum parce que je travaille toute seule dans mon bureau et que ces collègues sont principalement mes compétitrices haha!

Pour vrai, j’aime pas tant le vocabulaire lié au web parce que la plupart du temps, ça peut faire dire un peu n’importe quoi à n’importe qui. Alors je vais y aller avec ma propre définition: pour moi, un site web qui convertit c’est un site qui te permet d’atteindre ton but. 
 
Ce but peut être très différent d’une personne à l’autre, d’une entreprise à l’autre, mais il doit être déterminé de façon stratégique, en s’inscrivant dans une ligne bien définie. En d’autres mots, tu ne te fixes pas un but juste pour le fun de le faire. Tu te fixes un but en fonction de la vision à court, moyen et long terme de ton entreprise.
 
Par exemple, si ton but est de vendre des formations en ligne, tu dois t’assurer que le parcours client sur ton site web (et avant d’amener les gens à ton site web) permette effectivement de vendre des formations. Si tu vends des formations, ton site convertit.
 
Si ton but est que les gens décrochent le téléphone (lol, décrochent) pour prendre rendez-vous, et que les gens t’appellent après avoir visité ton site web, ton site converti.
 
Tout est relatif à l’objectif principal de ton site web.
En premier, c’est le design. Je remarque non seulement si le site est agréable visuellement, mais également facile à utiliser (hello le UX). 

Est-ce que c’est intuitif? Est-ce que je dois fouiller pour trouver l’info, ou bien tout est là? Faut que ce soit beau et évident.
 
En deuxième, je vais souvent voir dans le code source de la page pour savoir sur quelle plateforme il a été monté et quels plugins ont été utilisés haha! 
 
Enfin, je vais immanquablement aller voir les crédits de pied de page pour savoir qui a conçu le site et si toutes les pages légales s’y trouvent…
Pour vrai, se poser la question c’est y répondre! haha! Si un site est bien monté, que les contenus sont réfléchis, que le parcours client est évident et qu’il permet à son propriétaire d’atteindre ses objectifs d’affaires, ça vaut tous les beaux designs du monde.
 
Par contre, en fonction de ton public-cible, le design peut être une partie intégrante de ta stratégie de conversion.
 
Je répondrais donc que l’un ne va pas sans l’autre, mais un beau site mal monté ne convertira pas, donc sites qui convertissent all the way.
 
En deuxième, je vais souvent voir dans le code source de la page pour savoir sur quelle plateforme il a été monté et quels plugins ont été utilisés haha! 
 
Enfin, je vais immanquablement aller voir les crédits de pied de page pour savoir qui a conçu le site et si toutes les pages légales s’y trouvent…
Tout dépend de l’objectif principal du site web, de l’action que tu veux que ton visiteur pose en tombant sur ton site. 
 
Par contre, il faut que cette action puisse être accomplie dès l’accueil. Certaines personnes ont besoin d’être prises par la main à travers différents contenus pour se convaincre, d’autres arrivent déjà convaincues et prêtes à passer à l’action. Il faut réussir à combler ces deux visiteurs.
 
Toute l’info doit être là, facilement accessible, et le parcours-client doit être fluide.

MAUDE LAVOIE
Experte Shopify & Consultante numérique

J’ai découvert la programmation par hasard, durant mon adolescence. Au départ avec des plateformes comme Dromadaire ou encore Geocities. J’ai commencé à toucher à la programmation HTML/CSS avec FrontPage à 14 ou 15 ans.

La diversité des projets et des enjeux. J’adore aussi donner de la formation pour outiller les entrepreneurs et leurs employés. J’ai la chance de pouvoir conjuguer le côté plus logique de mon cerveau (la programmation, la structure de l’information etc) et le côté plus créatif (la création graphique, la stratégie numérique, le marketing). 

Il n’avait pas d’opportunité d’emploi à l’époque dans la ville d’où je suis originaire (Rimouski). Je me suis donc créé une opportunité. Je viens aussi d’une famille d’entrepreneurs, donc j’avais quand même une idée de ce que ça impliquait comme sacrifices d’avoir une entreprise.

Je m’inspire beaucoup de mes clientes. Elles sont des modèles de résilience, de créativité et d’optimisme. Et je pense qu’on en a bien besoin en ce moment.

3% ! haha. Au niveau de la vente en ligne, on focus beaucoup sur ce chiffre. Mais peu importe que ce soit 2% ou 6%, l’objectif est de rendre le chemin client le plus facile et simple possible.

C’est probablement une déformation professionnelle, mais quand je magasine sur une boutique Shopify, on gagne définitivement des points avec moi haha! J’aime qu’on retrouve facilement l’information sur le produit, mais aussi l’expédition (prix, délais etc). Je déteste chercher alors quand tout est accessible facilement, c’est un win !

Ironiquement le site web d’Amazon est très laid et il converti extrêmement bien (c’est très bien décrit et expliqué dans les ouvrages de Steve Krug). Donc un site web qui est bien conçu au niveau UX est primordial. Ensuite pour certaines catégories de produits (pensons aux produits de luxe) le visuel est important et vient appuyer le prix plus élevé du produit.

Des descriptions claires de produits qui répondent aux besoins des utilisateurs, les détails de livraison rapidement accessibles et une expérience «sans friction».

JULIE BROUILLETTE
Créatrice de sites Web (WordPress et Shopify)

Mai 2017 – presque 6 ans

J’ai commencé à faire des sites Web lorsque j’étais encore au secondaire, à la fin des années 90. Suivant cette passion, je me suis dirigée en création multimédia au cégep ainsi qu’à l’université. Ça remonte donc à très loin mon intérêt pour le Web et j’ai peine à me rappeler comment ça commencé!

Aider des entrepreneures comme moi ou de petites entreprises à grandir via le Web. Je fais plein de belles rencontres, en apprends sur plein de demain, en travaillant avec mes clients!

J’adore découvrir l’humain/entrepreneur-se avant l’entreprise et je me donne comme mission de contribuer à son rayonnement et de lui créer une empreinte unique à son image.

C’est comme donner la vie à un projet.
Lui donner une personnalité, un ton, une couleur…. 

La liberté d’horaire… et géographique! Je suis une grande voyageuse et grâce à mon métier je peux travailler de n’importe ou tant que j’ai une connexion internet!
Geneviève Boucher de Hoola Studio était mon amie bien avant que je me lance à mon compte. À l’époque, je me disais que j’allais être comme elle un jour et devenir ma propre boss! Quand le jour fut arrivé, elle m’a grandement aidé à me trouver des mandats. Mention spéciale aussi à Kaylynne Johnson qui est à la fois ma compétitrice #1 mais aussi ma plus grande alliée au quotidien grâce à son support <3
Le taux de conversion aka le nombre de visiteurs qui se transforment en acheteurs.

Je suis très visuelle.
Donc quand j’arrive sur un site web j’ai besoin d’avoir une émotion qui est la somme de: design + choix des mots + facilité de navigation + clarté des messages + structure générale du site. Ce sont des critères importants pour l’expérience client et pour sa rétention.
Dans un marché où les possibilités sur le web sont infinies, pouvoir capter l’attention et l’intérêt d’un client est non négligeable.

Un tas de choses! Défaut du métier! Le design, les photos, la facilité de navigation, etc.
Il faut définir c’est quoi un site «beau». Est-ce un site qui a seulement un beau design, de belles photos ainsi que de belles couleurs? Ou un site qui a tout ça ET qui a été pensé stratégiquement au niveau du design pour attirer des acheteurs? Si un site converti bien mais qu’il n’est pas beau, tant mieux! Imaginez ce qu’ils pourraient faire avec un « beau » design! Parfois les gens font plus confiance à un «beau» site car ça les met en confiance.

HELENE-SARAH BECOTTE Vulgarisatrice, formatrice et conférencière chez GRISDD

J’ai démarré mon entreprise en 2018, mais je suis à temps plein dans l’aventure entrepreneuriale depuis janvier 2020.

J’ai découvert ma passion pour les maths et la vulgarisation un peu par hasard.

Plus jeune, je rêvais de devenir designer de mode et suivant le conseil de mes parents de d’abord choisir une formation plus conventionnelle, je suis allée faire un baccalauréat en Administration dans l’optique d’ouvrir mon entreprise dans le domaine de la mode après ma graduation.

À travers mes cours, j’ai découvert qu’on pouvait utiliser les mathématiques de façon super concrète pour résoudre des problèmes d’affaires et ça m’a fasciné. J’ai finalement continué mes études jusqu’au doctorat en mathématiques par passion. Parallèlement, j’ai été chargée de cours et j’ai découvert mon intérêt pour la vulgarisation dans ce contexte-là.

Être en mesure de simplifier assez les mathématiques et les outils pour que mes collègues entrepreneurs – surtout ceux qui disent détester les maths – soient en mesure de résoudre leurs problèmes décisionnels comme « quand engager » ou « comment estimer si mon prochain projet risque d’être rentable » par eux-même.

Aucune offre d’emploi disponible ne semblait correspondre vraiment à mes compétences. On m’offrait soit des jobs dans les communications, comme gestionnaire de projet ou comme programmeuse (alors que j’ai appris le code un peu sur le tas et que je suis loin d’exceller dans le domaine).
Me partir une entreprise était pas mal la seule manière de valoriser complètement mon bagage et mes intérêts.

Autant que j’adore suivre les entrepreneures d’ici et d’ailleurs, je le fais plus par curiosité et intérêt que pour m’inspirer.

Attirer des individus via un site web, blog ou autre plateforme web et les transformer en clients !

Je suis très visuelle, j’aime quand c’est beau ! La vibe générale dégagée par la boutique en ligne ou le site web m’interpelle généralement plus que le contenu écrit ou ce qui est vendu. Si j’aime le visuel, alors je prends le temps de lire ou explorer le reste.

C’est super intéressant comme question ça ! Je veux d’abord mentionner que je ne suis pas experte de la conversion web mais plutôt des chiffres et de l’analyse de données Je pense que ça dépend beaucoup du volume qu’on a. Je m’explique : si tu vends peu (mais à de gros montants), tu vas avoir un moins grand bassin de données. Moins tu as de données, moins elles sont fiables. Ça ne vaut pas trop la peine dans ce contexte-là d’analyser une foule d’indicateurs. De la même manière, si tu as peu de ventes, créer des liens spéciaux pour voir la provenance de chacune des 10 ventes que tu as fait pour un service à haut prix n’aura probablement pas un retour sur investissement intéressant.

À l’inverse, si tu as un gros volume de ventes, ça vaut la peine de quantifier le parcours de ton client pour être en mesure d’optimiser le passage à l’action (la conversion). Toujours dans une optique de rentabiliser ton temps, sélectionner quelques indicateurs de performance sera plus pertinent que d’essayer d’analyser l’ensemble des chiffres qui sont disponibles pour toi.

Je conclus ma réponse à cette question par la suggestion du livre Measure What Matters de John Doerr  pour t’aider à sélectionner les métriques les plus adaptées pour ce que tu cherches à obtenir comme résultats.

NADINE HADDAD Fondatrice Empreinte Marketing

Je commence ma 3ème année 🙂 OH YEAH!

J’ai toujours été fascinée par les visuels qui racontent une histoire, par le mélange d’images/patterns/mots dans le but de véhiculer un message.

Enfant je découpais les revues de mode de ma mère pour recréer mon propre journal et raconter une histoire à ma façon .

Plus tard, j’ai compris que c’est du marketing: Véhiculer un message à travers le bon choix de mots et un bon visuel.

Une page web c’est tout ça et plus encore puisque, outre du design visuel, la structure (architecture du site) il faut prendre en considération les fonctionnalités techniques qui rendent le UX (Expérience Utilisateur) plus fluide et qui vont convertir les clients vers l’objectif fixé pour chaque page.

La situation:
J’ai perdu mon emploi début mars, quelques jours avant la pandémie…et puis la pandémie arrive et paralyse le monde.
Les affichages d’emplois en marketing se faisaient rares. L’incertitude et la peur faisaient en sorte que les employeurs étaient réticents à l’idée d’embaucher.

La réalité:
Tout est devenu virtuel; Les soupers de familles, les rencontres, les anniversaires, l’épicerie et tout le monde s’est ajusté rapidement au télétravail.

La réalité a changé et les besoins aussi.
Ceux qui ont perdu leur emploi et sont partis à leur compte, ceux qui ont profité pour faire un changement de carrière etc.

Le virage numérique est devenu une urgence, un besoin essentiel, un moyen de survie.

Je me lance:
De là m’est venue l’idée de faire ce que j’aime le plus de mon métier: créer une identité visuelle et un site web pour ceux et celles qui sont devenus comme moi, du jour au lendemain, des travailleurs autonomes.

Je ne suis pas entourée d’entrepreneurs ni de personnes qui ont fait le même saut en parachute que moi.

Mais la vie m’a mis devant des épreuves qui m’ont forcé à prendre une certaine direction.

Bien qu’au début j’ai beaucoup hésité par peur de changement, par peur d’échec, mais j’ai persévéré parce que je savais que j’allais m’en sortir la tête haute.

Ma vie m’a montré que je suis assez forte pour faire face au vent et voler de mes propres ailes.

C’est ma vie qui m’inspire….

Je pense à un objectif clairement spécifié sur une page.
je pense à une action bien spécifique qu’un visiteur doit faire:
– Prendre un RDV
– Télécharger un guide
– Demander un devis
– etc…

Plus les actions sont claires, plus le site convertit.

Je suis très visuelle.

Donc quand j’arrive sur un site web j’ai besoin d’avoir une émotion qui est la somme de: design + choix des mots + facilité de navigation + clarté des messages + structure générale du site. Ce sont des critères importants pour l’expérience client et pour sa rétention.

Dans un marché où les possibilités sur le web sont infinies, pouvoir capter l’attention et l’intérêt d’un client est non négligeable.

Et pourquoi pas les deux?

Honnêtement, il n’y a pas d’excuses pour qu’un site web ne soit pas beau.

J’explique souvent à mes clients que le site web est la somme de: BON CONTENU que tu mets dans un BEAU CONTENANT.

La formule ne serait pas gagnante si le contenu est bon mais que ça ne donne pas envie de lire OU si le contenant est beau mais vide de sens.

Pour une boutique en ligne: Retrouver de belles photos des articles, des catégories bien définies, des fiches produits, des recommandations si possible et un passage au panier facile.

Pour un site web régulier:

Qui est l’entrepreneur,
Qu’est-ce qui offre comme service,
Quelles sont ses missions, valeurs et expertise.
Pourquoi on devrait le choisir
Comment entrer en contact avec lui (coordonnées)

MESDAMES WEB Une initiative de Geneviève De Champlain

Experte SEO (Search Engine Optimization) et CRO (Conversion Rate Optimization)

Fin 2020! J’en suis à ma 3e année

Dès que je suis sortie de l’école, je suis devenue fascinée par le Web. Je n’ai pas arrêté depuis. 

Du web, j’en mange.

La psychologie des usagers web, wow! C’est tellement plus difficile qu’on pense de vendre un service ou produit en ligne. On est loin du ‘je crée un site web, je me roule les pouces et j’attend que ça vende’

On était en pleine pandémie et j’ai pris goût à rester chez moi. J’étais aussi tannée de ne pas avoir trouvé mon emploi idéal ! J’ai donc décidé de le créer 🙂 

Je suis inspirée par toutes ces femmes qui sont présentes sur ce site! 

C’est un action sur un site web. On est loin de ‘la simple page vue’

Il faut vraiment emmener l’usager à agir. Appeler, remplir un formulaire, etc.

Mes amis savent que je ne regarde pas un site web comme la plupart des gens regardent. 

Je commence toujours par analyser la conversion et je refais le chemin que les usagers ont à prendre pour convertir. Je suis vraiment très critique à ce niveau!

Il y a tellement de sites web qui créent de la friction pour l’usager. 

J’ai récemment commencé à m’entraîner au vélodrome à Bromont et oh mon dieu, chaque réservation en ligne est une aventure en soi tellement que le site web est compliqué!

Le look passe en 2e. Par exemple, avec une agence avec qui je collabore, on remonte le site web d’une grosse station de ski. En ce moment, on travaille plutôt sur le chemin vers la conversion et le look n’a même pas été abordé. C’est comme ça que les sites web devraient être bâtis.

Mesdames Web 2024 © Tous droits réservés
Politique de confidentialité